Couverture Presse : Le tour de France traverse le Gard, ce 14 juillet 2016

TDF2016_sebastien_andevert_i0275_f001_14072016

Le temps était plus qu’incertain pour cette douzième étape du Tour. Reliant Montpellier au Mont Ventoux, la Direction avait d’ailleurs décidé de raccourcir de 6kms l’étape en raison de conditions météorologiques difficiles.

Midi. Le village est traversé par la caravane du Tour. On a ainsi pu découvrir les “deudeuch’” Cochonou, les camions Vittel et… au détour d’un rond-point Jonquièrois, s’apercevoir que le roi de l’immobilier, Stéphane Plaza, prenait son rôle très au sérieux, accroché (ballottant dans le vent), dans la Nacelle de la marque dont il est l’ambassadeur :
Teissière. Les plus fins l’auront remarqué, rien à voir avec ses agences immobilières. Le temps d’un regard, un sourire (on lit ou comprend sa souffrance d’être accroché là haut une bonne partie de la journée) et nous sommes de nouveau happé par le reste de la caravane. Celle-ci laisse alors place au balai interminable des voitures de l’organisation du Tour et des équipes. On note alors que certains sont plus “gâtés” que d’autres, roulant dans des déclinaisons de modèles dont on en ignorait qu’elles puissent fréquenter l’asphalte de la Grande Boucle. L’admiration pour ces véhicules se fait vite ressentir auprès des plus grands (donneurs de
leçon !) comme des plus petits (réceptifs et envieux…). On perçoit alors combien ce sport est populaire, mélangeant les âges, les classes sociales, dans une certaines ferveur («je veux mon cadeau !») et une admiration pour ses coureurs.

Les coureurs d’ailleurs : 14 bonhommes parviennent à se détacher en temps dès le km3. Si le peloton roule au ralenti (ce qui nous permet de mieux les apprécier encore), certains profitent du vent pour se sentir pousser des ailes. Et c’est un groupe de deux échappés que nous voyons défiler sous nos yeux, encouragés par nos cris… et attendant patiemment, 18 minutes plus tard, que le peloton s’étire devant nous.

Bref, une étape qui fera connaître quelques soucis aux favoris (on se souviendra d’un Chris Froome marchant sur quelques mètres), mais au final, vivre le tour chez soi, c’est un peu comme croquer dans la madeleine de Proust !

Article réalisé pour le compte de la Commune de Jonquières Saint Vincent et à lire dans leur bulletin municipal.

TDF2016_sebastien_andevert_i0075_f001_14072016

BMJSV_Juillet2016_JSV_1819BMJSV_Juillet2016_JSV_18192